Accueil
Triathlon Triskel race - Half IM •Imprimer•
••Dimanche•, 02 •Octobre• 2016 08:20•

Un retour aux affaires ??

Histoire de concrétiser un peu la petite préparation physique que j’ai faite en juillet août pour préparer la saison d’apnée et pour ne pas trop perdre trop le fil, je me suis inscris sur la Triskel Race, Half Ironman de Guidel (1.9 / 86 / 22).
Ma préparation est plus basée sur le fait de finir propre que de faire une performance. J’ai nagé 5 fois en un an (dont trois fois à la cale), j’ai roulé 1700 km en juillet/ août /septembre et j’ai couru 260 km sur la même période. Le tout sans faire de pur fractionné, juste quelques parties de manivelles avec les Dauphins le dimanche.
Mais j’ai envie de me faire plaisir et de passer un moment sympa avec les copains donc je prendrais la course comme elle viendra, avec les forces du moment. Si je suis bien, j’appuie, si je suis moins bien je ralentis, si j’explose, je finis tranquillement.
8h00 du matin à Guidel, çà caille dehors mais l’eau est bonne. Le départ est donné, c’est parti pour mon premier triathlon depuis le Tribreizh 2015. Je mets 10’ à rentrer dans la course. Du monde, des coups, je m’essouffle et je ne me sens pas très bien mais pas de panique. Je pars à droite, je retrouve de la place et mon souffle. L’eau est bonne, je nage correctement. Sur le retour, le courant nous amène un peu à droite et il faut courir quelques mètres de plus sur la plage pour la sortie à l’australienne. Sébastien Escola Fasseur me tape sur les fesses avant de plonger (Bravo Seb pour ta victoire). Ça va, je n’ai pas trop perdu. Le deuxième tour se passe bien. Sortie de l’eau en 26’.

T1 très longue. J’ai pris le temps de mettre un maillot de vélo et un coupe-vent et mon casque et mes chaussures de vélo et allumer mon GPS (et nettoyer mon vélo et ranger ma combi)…bref …bla bla bla…je suis une bille en transition (3’ quand même)- çà me coûtera la deuxième place vétéran.


C’est parti pour le vélo. Parcours assez roulant sur la première partie, je me rends compte assez vite que je manque de force dans les bosses. Je pars vite, comme pour un CD mais très vite, mes fessiers me rappellent à l’ordre. OK, OK il va falloir gérer autrement. Je décide donc de faire les bosses tranquillement et de bien relancer en haut sur les parties roulantes puis de faire les descentes à Bloc. Ceci donné lieu à des parties de « je te double, tu me doubles, je te re-double » pendant tout le parcours avec quelques gars. Un petit encouragement à Marie en la doublant et je trace ma route. Je fais aussi très attention à manger/boire correctement (je n’ai quand même pas tout oublié). Par contre c’est vrai que je me suis fait pas mal doubler sur les kilomètres de 30 à 60 (pas mal de relais aussi) et ça m’a fait drôle. Surtout que tous les mecs qui me doublent ont des poteaux de cyclistes. La vache, faut que je bouffe des prot’ moi !!! Pourtant, pas de panique. Il paraît que le parcours à pied est très dur donc, gardons des forces. Comme d’habitude, je retrouve des bonnes sensations sur les 20 derniers kilomètres et je file bon rythme vers T2 en doublant quelques gars. 35,1 de moyenne, c’est correct.

T2 : Je descends de vélo comme un vieux (que je suis), un peu cassé au niveau du dos et des fessiers mais le temps de poser mon vélo et de mettre running / visière / lunette « tout est revenu dans l’ordre (sic) ». T2 pas trop longue.


Je lance le diesel sur la course à pied. Les jambes ne sont pas (encore) trop cramées. Je passe même la première bosse non sans avoir jeté un petit « oh put…, ils nous ont gâté !!! » en voyant le début du parcours. Et quel parcours !!! Très dur, cassant, piégeux. Un trail. Misère !! Moi qui craint à mort pour ma cheville gauche, je suis sur des œufs et très mal à l’aise sur les descentes. Je me concentre donc énormément sur le parcours pour éviter la blessure stupide. Le premier tour se passe bien. Je croise Alain Maguer sur le retour du premier tour. L’ancien est très fort en Càp, il ne faudra rien lâcher. Je gère de la même façon que le vélo. Les bosses en trottinant sans me carboniser, le plat et les descentes le plus rapide que je peux (c’est-à-dire moyen dans les descentes techniques…peur pour ma cheville). Petite claque sur les fesses et encouragements aux dauphins que je double. Alain m’a repris un peu de temps sur le deuxième tour mais pas assez pour revenir si je ne craque pas sur le dernier tour, pas de problème. Je fais gaffe à mon alimentation. La première bosse du troisième tour est difficile (mais je ne marche pas) mais les jambes répondent suffisamment pour bien relancer. Je finis même les 4 derniers kilomètres assez fort et pleine balle sur les deux derniers pour ne rien regretter. Je double quelques « trois colliers » ce qui me fait gagner quelques places en passant. 22km (500 D+) – 4’45’’ au kilo sur ce parcours, je suis content.


17ème en 4'42'' et 3ème vétéran – vraiment content de ma journée – j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver cette ambiance.

 
Stage d'apnée Profonde à Amorgos •Imprimer•
••Dimanche•, 02 •Octobre• 2016 08:06•

Sur l'Ile du Grand Bleu

Stage d'apnée Profondeur organisé par SPORTPLEIZH, nous nous sommes retrouvés sur l'Ile d'Amorgos, Site mythique du tournage du non moins mythique film Le Grand Bleu.

Pendant ce stage, je me suis aperçu que l'adaptation à la profondeur et le relâchement sont vraiment deux clés majeures pour accéder aux abysses. Il m'a fallu quelques jours pour me sentir plus à l'aise et enfin passer les 36m. C'est un début. Ci dessous une petite vidéo qui résume la semaine difficile que nous avons eu :

 
Retour des Championnats de France d'Apnée •Imprimer•
••Mardi•, 17 •Mai• 2016 15:51•


Phase finale de la saison, le championnat de France d’apnée FFESSM a encore lieu cette année dans la superbe complexe aquatique Odyssée de Chartres.
Je suis qualifié sur les épreuves de Statique, Dynamique palme et Dynamique sans palme.
Très honnêtement, je suis stressé. Pourtant il n’y a pas d’enjeux majeurs pour moi. C’est ma première saison de compétition, j’ai déjà pas mal progressé, je suis là pour apprendre et voir les forts de la discipline.
Pourtant, l’envie de bien faire et surtout, l’envie de ne pas décevoir les coachs Sportpleizh Vogler et Jerome Hertsoen (Jérôme qui s’est vraiment investi ces dernières semaines) me mettent une pression pas forcement agréable.


Enfin, j’ai l’impression de manquer de repères et de ne pas savoir où j’en suis dans la préparation. Autant mon expérience en triathlon me permet de situer mon état de forme  la vieille d’une course (sans que cela ne présage du résultat, bien sûr  !!), autant le peu de recul que j’ai sur la préparation en apnée ma laisse perplexe et pas forcément super confiant.  Je gamberge un peu trop.


STATIQUE
Mais il faut bien commencer et dimanche matin, c’est l’heure du Statique. Je me prépare tranquillement au bord du bassin. Étirements le matin, détente, mais je n’ai pas vraiment de protocole de préparation avant la phase d’échauffement dans l’eau. C’est peut-être l’épreuve où j’ai le plus de repères, ayant sorti un 6’09’’ à l’entraînement lundi dernier. Barbaplume Pepette sera mon coach pour cette épreuve. Mon échauffement dans l’eau se passe bien. L’eau n’est pas trop chaude et c’est mieux pour moi. A 3 minutes du départ, Andréa m’amène sur le poste de performance. Point avec les juges et l’apnéiste de sécurité. -2’ !!! Je me remets dans ma bulle. -1’  je peux partir quand je veux. -30’’, je vide mes poumons, j’inspire à bloc, je carpe 17 fois et c’est parti.
Une fois la première minute passée, ou le corps doit se détendre, je suis bien. J‘entends le brouhaha extérieur et le circuit d’eau du bassin. J’essaie de m’en servir comme une berceuse. L’envie de respirer vient assez vite mais reste discrète et finalement, le premier check à 3’30’’ vient assez vite. Je suis bien et confiant pour aller plus loin. Je commence alors, dans ma tête, à défiler le parcours vélo  de l’Ironman de Lanzarote, kilomètre par kilomètre. Et les checks défilent : 4’, 4’30’’, 4’45’’.
La phase de lutte commence, je recherche le relâchement – 5’ – Andréa me berce dans l’eau et cela fait du bien. - 5’15’’ -Je suis à Yaïza (pour les connaisseurs du parcours vélo de Lanza) quand mon corps commence à me hurler de sortir – 5’30’’ – Pourtant, je n’ai pas de signe trop alarmant. Je me prépare à sortir mais le fait de mettre semi debout, comme si je sortais,  me donne un peu de répit donc je me remets en position allongée. 6’ - Pourtant, là, les spasmes du diaphragme commencent à être plus violents. Il est temps de préparer la sortie définitive – 6’15’’ – çà bastonne !!! – j’appuie mes coudes sur le rebord – 6’30’’ – je me cale bien, je souffle dans l’eau….et je sors.
Une inspi, je souffle, une inspi, je souffle en enlevant pince nez et lunettes, une inspi, le signe OK et je souffle en sortant « Tout va bien » puis je reste sur le bord en regardant les juges. Enfin, je pense que cela s’est passé comme çà car je ne me souviens pas de tout mais la perf est validée donc le protocole doit être OK
STA : 6’37’’ (Record perso) et 10ème au classement.
Je suis content, je fais une accolade à Andréa pour la remercier. Je suis bien rentré dans la compétition mais c’est dur !!!!


DYNAMIQUE PALME
Dans trois heures, c’est le Dynamique palme…le stress reprend de plus bel. Je commence ma préparation en m’endormant pendant 15’ puis je regarde tranquillement, pour m’occuper l’esprit, les premières séries défiler. Nous sommes bien aux France, çà va loin !!!
J’essaie de rentrer dans ma bulle, de me rassurer, de me rappeler les bons entraînements et de shunter les mauvais. Au moment de partir, je ne suis pas très fier mais Jérôme me fait une petite « causerie » pour me rassurer. Je sais qu’il y aura un moment désagréable mais çà je connais. Mètre après mètre, à l’écoute de soi.
Je prends mon inspiration, je carpe et c’est parti.
Bien sûr, les 50 premiers mètres sont faciles mais l’envie de respirer, cet inconfort qui monte sournoisement vient assez vite et de 50m à 100m, il ne fait que s’amplifier. Oui c’est dur, mais oui c’est normal. Oui je suis aux France et oui je dois m’accrocher malgré la gêne. Pourtant, quand je tourne à 100m, la difficulté s’amplifie moins. Même si ma tête me dit de sortir, mon corps lui me permet de continuer. Les bras sont un peu plus lourds, les jambes piquent mais j’avance toujours. En passant les 125m, je pense que le virage au 150m est possible. Je vire au 150m, et dans ma tête, je sais que je vais battre mon record de 161m. Mais jusqu’où aller ? Les cuisses vrillent de plus en plus, les spasmes tapent de plus en plus fréquemment. Il est temps de sortir. Le protocole semble OK, je valide 179,15m.
DYN : 179,15m (Record perso) et 8ème de l’épreuve
Super content. La journée se termine bien pour moi. Deux épreuves sur deux de réussies.  Je suis très soulagé et je peux récupérer sereinement et prendre du plaisir en regardant mon copain yoann faire un super 16x50.


DYNAMIQUE SANS PALME
Après une nuit plutôt correcte, il faut terminer le boulot et confirmer le classement combiné. Le DYN d’hier m’a donné des repères et plus de confiance en moi sur mes sensations. J’ai moins de stress et plus de détermination. Il faut faire le Job avec sérieux sans chercher le carton. OK, c’est à çà que je pense à quelques minutes du départ. Au minimum faire 100m et virer puis être très à l’écoute, mètre par mètre.
Une fois parti, pas de surprise. L’envie de respirer vient au 40m mais je sais où j’en suis au niveau des sensations.  Je vire et maintenant, il me faut être patient jusqu’au 100m avec une envie de respirer qui augmente. Je pousse le mur, je me laisse glisser et la lutte commence. Je suis moins efficace sur ma nage et mon mouvement de jambes est moyen mais je finis enfin par voir la ligne des 125m. Les jambes brûlent, je sors pour assurer une sortie propre. Je bats encore mon record personnel et je conclus ce week-end et cette saison content de moi.
DNF : 126,48m (Record Perso) et 12ème de l’épreuve.
Cerise sur le gâteau, ma régularité, et les circonstances, ont payé et je me retrouve 4ème du combiné. Suffisamment loin du 3ème (Sportpleizh Vogler ) pour ne pas avoir des regrets et déjà très heureusement surpris d’être là.
Combiné : 464 pts (Record Perso) et 4ème de l’épreuve.
Je retiens de mes premiers championnats de France, beaucoup de stress au début, une grosse prise d’expérience, un week-end top avec mes amis.

 
Un invité surprise !!! •Imprimer•
••Lundi•, 09 •Mai• 2016 12:39•

Superbe session d'apnée dimanche matin au Gmap Brest. Une mer assez froide (10°5) mais calme et pas trop trouble.
De belles descentes à 25m en poids constant, poids variable et gueuze. Et une superbe rencontre inattendue, le dauphin Randy qui nous a accompagné toute la session, venant nous rencontrer au fond ou pendant la remontée et jouant avec nous en surface.
Oui, vraiment de chouettes moments émoticône smile


Une rencontre inattendue from Arnaud Constans on Vimeo.

 
Un stage, du repos et un cycle de préparation qui commence. •Imprimer•
••Lundi•, 21 •Mars• 2016 21:04•

La route est droite mais la pente est raide.

Les derniers résultats de la dernière coupe de France à Besançon ne sont pas encore officiellement tombés mais normalement, je devrais être qualifié pour les championnats de France de Chartres dans les trois disciplines : Statique, Dynamique Palmes, Dynamique sans palme.

C'est déjà pour moi une grosse satisfaction, pas forcément prévue au début de ma première saison  de compétition.

Après Angoulême, direction Font Romeu pour un stage de préparation physique en altitude pendant une semaine. Je suis parti avec SPORTPLEIZH et un groupe d'ami au Centre National d'Entrainement en Altitude. Coachés par Christian Vogler et Jérôme Hersoën, à raison de 5-6 heures de sport par jour, la semaine fut très intense. Et croyez moi, l'apnée à 2000m c'est super dur. Non seulement vous prenez moins d'oxygène quand vous inspirez mais surtout à la sortie, la ré-oxygénation est terriblement lente. Les premières apnées de 50m étaient dures !!!!

Raquettes, trail, apnée, musculation, Tabata, Cross-fit, Circuit Training, Biking, Assouplissement, éducatifs en tous genre...tout y est passé, consciencieusement, sérieusement mais dans la bonne humeur. Ce fut aussi l'occasion de belles rencontres : Merci Sophie, Mickael, Dominique, Jérôme et Christian. 

 

 

Retour de bâton !!

Mais voilà, la réaction ne se fit pas attendre. Un retour difficile aussi bien physiquement et mentalement. Aucune pêche en rentrant, un effet "altitude" qui se fait attendre et surtout plus envie de me faire mal à l'entrainement. Il était temps que je relâche pour éviter le Burn out sportif.

J'ai donc pris une semaine de repos où je n'ai rien fait à part un tout petit footing (y'avait du soleil). Moto, cinoche, resto, jardinage, sieste, guitare. Pas une apnée, pas un étirement. Et miracle, l'envie est revenue. L'envie de m'entraîner, l'envie de progresser, l'envie de bien faire.

Il me reste 8 semaines de préparation avant les championnats de France à Chartres le 14-15-16 mai.  Le premier bloc de cette préparation sera riche et hypercapnie, musculation en force, X-Fit.

Cette préparation, je vais la partager avec vous Content.


 
4ème manche Coupe de France d'apnée 2016 à Angoulême •Imprimer•
••Mercredi•, 02 •Mars• 2016 10:38•


Mes premiers podiums et la fin du premier cycle de préparation

Pour ma troisième compétition, direction Angoulême pour la 4ème manche de la coupe de France. Trois semaines après Brest, pas facile de savoir où en est mon état de forme. Mais un bon stage d'apnée statique 8 jours avant la compétition et une bonne séance en DNF m'ont permis d'avoir quelques repères encourageants.

Jérôme, un de nos deux coach me demande : quel record perso tu comptes battre aujourd'hui ? J'y ai déjà réfléchi et mon principal objectif est de faire un bon DNF (sans palme) pour essayer de valider une qualification au France dans cette discipline. Mais je ne fixe pas de limite sur les autres épreuves.

Une des difficultés du jour est le bassin lui même. Il est modulable, transformable en bassin de 25m, 40m avec un couvercle pour la fosse. Bref, il faudra nager 50 cm au dessus du fond pour éviter de se prendre un obstacle.

Première épreuve : le statique (STA) - Annonce 4'30"


Je suis coaché par Nelly Hanser qui vient de faire une belle performance et qui se propose de m'assister. L'échauffement se passe bien, l'eau n'est pas trop chaude et j'ai de bonnes sensations. Par contre le timing est un peu juste et quand on m'appelle (soit 4' avant la dernière inspiration), je suis encore dans ma dernière apnée de 4' de préparation. Nelly m'amène devant les juges tranquillement. Je n'ai plus que 2'30" de récupération mais comme je vient d'être facile sur 4', cela ne me perturbe pas trop. Je conviens d'un signe pour les checks avec les juges, je respire amplement et je prends ma dernière inspiration. Je carpe normalement et c'est parti. Comme d'habitude, le première minute est un peu gênante mais la sensation de bien être arrive et je me détends. L'avantage d'une compétition c'est qu'il y a un peu de vie autour des compétiteurs. Le bruit environnant m'occupe et le temps passe. Au moment ou l'envie de respirer commence à monter, j'espère que le premier check (3'30") ne va pas tarder. C'est le moment clé. J'essaie de me détendre, je me fais une petite vérification quand j'entends le juge dire : check !!

C'est bon, je suis bien et je ne bouge pas. Je me concentre sur moi et les deux checks suivants arrivent assez vite. Maintenant la phase de lutte peux commencer. Pas vraiment en fait car jusqu'à 5', je résiste assez bien sans avoir à trop puiser mentalement. Mais bien sur la lutte s'intensifie. Les checks se succèdent mais j'ai perdu le compte. c'est dur, j'ai quelques petits spasmes normaux. Je regarde ma montre et je lis 6'08". Je suis lucide et je prépare ma sortie. Je prends le temps de bien poser mes coudes sur le bord pour être calé, j'attends le check des 6'30" puis je souffle dans l'eau pour n'avoir qu'à inspirer en sortant. Je sors, j'inspire deux-trois fois. Signe Ok - "Tout va bien". Les juges valident. 6'33" - Je bats mon record et je prends la deuxième place derrière mon coach Christian Vogler qui sort un énorme 7'05". Super content.


Deuxième épreuve : Le dynamique Palme (DYN) - Annonce 110m

C'est peut être l'épreuve que j'ai le moins travaillé sur ces trois dernières semaines. J'ai de l'apnée mais pas beaucoup de nage en monopalme. Et avec ce bassin compliqué, j'ai un petit stress supplémentaire. Je me prépare tranquillement à sec, sur une chaise.

J'inspire, je carpe puis je pars. Je ne me colle pas au fond. Les obstacles passent dessous. Je suis concentré dessus. Trop sans doute car je ne vois pas le bout du bassin arriver et je me cogne la tête. Comme virage on fait mieux !!! Je ne suis pas à l'aise sur le retour. C'est dur mentalement. Je passe les 75m mais je trouve çà long. J'ai des pensées négatives mais je continue. Je suis à la croisée des chemins. Cette fameuse micro-seconde où tu prends une décision : J'arrête c'est trop dur ou c'est dur mais je continue.

Je vire enfin à 100m et là je ressens un léger mieux. Alors je continue, à la sensation, mètre par mètre. Je vire au 150m, je pousse un peu et je sors à 157,90 m. Ce n'est pas trop mal, je confirme encore à 150+. Je prends des points pour le combiné et je suis soulagé.

Troisième épreuve : le Dynamique sans palme (DNF) - Annonce 70m

J'y vais avec plaisir, détermination et concentration. J'ai fait 100m lundi dernier donc je sais que je peux les faire. Mais mon idée est de faire 100m, de virer, de faire une belle poussée et de voir si je peux aller plus loin pour aller chercher une qualification aux France. Tout se déroule comme prévu et je sors à 119m (record perso). Je prends la deuxième place du DNF et normalement cela devrait suffire pour les France.

Cerise sur le gâteau, je prends la deuxième place au Combiné (cumul des points du STA + DYN + DNF). Évidemment, je suis super content.


Pour me finir, je fais le 100 speed où je bats mon record perso avec 55" mais ce n'est vraiment pas exceptionnel. Il faudra que j'apprenne à me servir d'une monopalme.

Le bilan de cette journée est très positif et cela constitue la fin du premier cycle d'entrainement.

Le deuxième cycle commence la semaine prochaine par un stage de préparation physique à Font Romeu : Objectif de ce cycle : préparer au mieux les championnats de France à Chartres au mois de mai.

Et que dire du retour ou nous avons fait la fête. La compétition c'est aussi çà.



 
3ème manche Coupe de France d'apnée 2016 à Brest •Imprimer•
••Mardi•, 09 •Février• 2016 20:39•

Objectifs atteints !!!

La 3ème manche de la coupe de France  d'apnée était organisé par mon club, le GMAP.
Cinq épreuves étaient au programme et comme la compétition était sur deux jours, j'ai décidé de participer aux cinq, avec des objectifs variables :

Mon premier objectif était de confirmer en compétition les progrès faits à l'entrainement, dans les trois épreuves classiques, Statique, Dynamique Palme, Dynamique Sans Palme.

Ensuite j'ai voulu essayer les épreuves de vitesse, le 16x50 apnée pour avoir un chrono de référence et le 100 speed apnée avec un petit objectif de temps sous la minute.

Un peu stressé quand même il faut bien l'avouer. Le samedi matin est long...trèèès long !!! Je déteste cette attente. J'en profite pour faire un peu d'étirements, regarder la téloche pour me changer les idées.
Une fois à la piscine, çà va un peu mieux. il est 17h00, les choses vont enfin pouvoir commencer.

Le Statique :
Avant le statique, j'essaie de m'isoler un peu, d'écouter de la musique, je fais une petite relaxation progressive et l'heure de l'échauffement arrive. Il se passe bien, sans problème particulier sous la surveillance de mon pote Nicolas Edel. Je suis très concentré. Je n'ai pas de coach pour m'accompagner, donc je me dirige vers mon poste de performance tout seul mais cela ne me gène pas, je fais très peu d'efforts. Mon apnéiste de sécurité est Charlène et ça me rassure. Je me laisserais même bien tenter par une syncope histoire d’être insufflé. Focus Arnaud !! Focus !!
Je prends une belle inspiration, je carpe 17 fois et c'est parti. Je n'arrive pas vraiment à m'endormir mais finalement, ce statique se passe normalement. Je m'ennuie toujours un peu au début mais quand Charlène me check à 3'30", l'envie de respirer commence à se faire un peu sentir mais c'est carrément gérable. 4' jusqu'ici tout va bien. 4'30" idem. C'est un peu dur mais çà tient. L'enchaînement des checks donne un tempo à l'apnée. A 5' je me rapproche du bord, je mets mes mains sur le bord et je m'allonge en surface en m'étirant. Cela consomme certainement un peu d'oxygène mais çà m'apporte un bien être qui me fait gagner des secondes. Je me remets en position relâchée puis je recommence la manœuvre. Juste un bémol, cela me déconcentre des checks et j'ai failli en rater un. Double check sur la main sortie, je lève un doigt. OK. Je me prépare à sortir à 5'45" (enfin je crois, j'ai un peu perdu le décompte), je me positionne. Je ressens des petits spasmes (Yes !!! JE SUIS NORMAL !!!!). J'attends le check puis je souffle et je sors. Je fais une sortie propre et valide. 6'04" .
Je rentre bien dans la compétition et le stress s'envole !!

Le dynamique Sans Palme :
Pour le DNF, je décide d'opter pour du no-warmup. Le DNF n'est pas ma priorité et pour mon premier no-warmup en compétition, je ne prends pas beaucoup de risque. A 25' du départ, je me mets sur une chaise derrière ma ligne. Je me relaxe, je fais de la respiration carré et surtout j'ai l'impression de rentrer dans l'épreuve en regardant les autres. Je prends un réel plaisir à être là. Mon record est de 80m mais j'ai une idée derrière la tête quand même. Les 100m doivent être jouable. Deux séries avant moi, un mec fait 100m, il vire, il continue jusqu'à 110 mais il fait une PCM (Perte de Contrôle Moteur). Le mouvement de brasse de trop ? C'est un bon rappel à l'ordre. Je me dis que si je vais aux 100m, j'assure la marque. Je vire, je pousse, je sors. Et c'est exactement ce que je fais. Arrivé au 50m, les sensations sont assez bonnes. Je repars vers la ligne des 75m, elle finit par arriver et je continue sur ma lancée. Au bruit je sais que j'arrive au mur, je vois le trait bleu passer. Je vire, je pousse, je sors et je valide 105m (PB battu de 25m).
Les épreuves de l'après midi sont finies. Je passe une bonne nuit sans pression.

Le Dynamique Palme :
L'épreuve du DYN est mon objectif principal. Je suis en confiance. Je reste quand même très concentré en arrivant sur zone le matin. Je reçois un petit SMS de mon coach Jérôme Hertsoën ("fini le job et après c'est du plaisir") pour me motiver. Ah bon, le 16x50 c'est du plaisir ??? Aah d'accooord !!!
Le no-warmup a fait ses preuves, je ne change pas de stratégie. Je suis dans dans ma bulle 30' avant le GO, j'ai écouté ma chanson fétiche (Telegraph Road de Dire Strait) et toute la semaine j'ai visualisé le 150+, nuit et jour. Une obsession !!! Assis sur ma chaise, je vois quand même deux gars faire 155m et 158m. Dans ma tête je me dis que si je vire et que c'est jouable, je donne un coup de mono en plus pour faire 159m, histoire de gratter deux places ...non mais !!!!
Je me glisse dans l'eau, j'inspire, je carpe mais là, c'est dur. Le no-warmup m'a asséché les lèvres (penser, pour la prochaine fois, à prendre sa gourde sur la chaise) et l'air passe mal, je m'y reprends à plusieurs fois, je décompte approche du zéro. Temps pis, je ne serai pas à bloc mais c'est parti. Je vire au cinquante et l'envie de respirer arrive déjà un peu (trop tôt ?) et à 65m elle est déjà assez forte. Je me dis que çà va être long (penser, pour la prochaine fois, à ne pas avoir de pensées négatives pendant l'apnée). Bizarrement je ne me dis pas que je ne peux pas le faire (c'est déjà çà) mais que çà va être dur. Je passe la ligne des 75m. Je ne vais pas très vite et je suis un poil surplombé et trop près du fond. J'arrive aux 100m.

C'est dur mais pas beaucoup plus qu'au 75m. Je vire et l'idée de "seulement" battre mon record en compétition (126m) m'effleure. Mais la ligne des 125m passe sous moi et ce n'est toujours pas beaucoup plus dur qu'au 100m. Décidément, je suis trop plombé et je suis même obligé de me repousser du fond !!! (penser, pour la prochaine fois à prendre un poil moins de plomb). Puis enfin, la ligne bleu et le virage arrive. Là, j'ai juste l'éclair de lucidité pour aller chercher un peu plus loin (donc je relance un peu la mécanique) et pour sortir du bon coté (ce qui m'inquiétait un petit peu avant de partir). Je sors de l'eau, j'entends des applaudissements...C'est pour moi çà ?? Sympa !!!  J'ai du me faire attendre un peu. Protocole propre !!  161m en 2'30" (PB !!)

Évidemment, je suis super content !! 412 pts au combiné...génial. Je finis à 8 pts du podium. Mais 8  pts c'est 8m et peut être les 8m de trop donc pas de regrets.

Le 16 x 50 apnée :
Le 16x50 ne me stresse pas mais très honnêtement, je ne suis pas dans une disposition, ni mentale, ni physique, pour faire une performance. Et de toutes les façons je n'ai pas les qualités pour çà. C'est un truc de jeunes !!! Mais je prends quand même plaisir à participer. Je n'ai pas de Timer, et je n'entends pas bien les décomptes de Franck et Eric au bout des couloirs donc je perds un peu le compte. Je sais que je prends trop de récupération entyre les 50m (30" environ) mais ce n'est pas grave. L'ambiance est sympa. Je profite des encouragements jusqu'au bout (en même temps je suis presque le dernier ) je finis enfin, en 16'25" avec le sourire. Pas sûr, que je recommence en compétition mais à l'entrainement oui. L'hypercapnie çà paye.

Le 100 speed Apnée :
Allez, dernière épreuve, le 100 speed. C'est vraiment sans pression et avec curiosité que je m'aligne sur cette épreuve. Juste pour voir. Je ne suis pas très bon en monopalme mais j'ai envie d'essayer pour avoir une marque chronométrique. Pas d'échauffement (enfin si...un 16x50 !!!).
30" avant le départ j'hyperventile à mort. Top départ !!!
Je "fonce" et dès que je vois la ligne bleue je souffle et je sors. je prends une inspiration (on a le droit) et je repars à bloc !! Pas de problème d'apnée mais je sens bien les jambes qui chargent au 75m !!!
je finis en 56"81, sous la minute annoncée. Super !!! (le record de France est à 35")
J'aime bien cette épreuve, je recommencerai pour gratter des dixièmes de seconde

Fin des épreuves. Je ne finis pas vraiment épuisé physiquement mais vraiment fatigué mentalement.

Les perfs réalisées me permettent d'avoir espoir d'être qualifié pour les championnats de France au mois de mai (J'ai bien fait d'annuler l'Ironman de Lanzarote). A suivre donc ....
 
OK...Tout va bien !!! •Imprimer•
••Vendredi•, 15 •Janvier• 2016 15:03•
Mon premier 6' en apnée statique.

Pas sur qu'en arrivant à l'entrainement ce soir (14/01/2016), je pensais faire cette perf mais quand elle vient, il ne faut pas cracher dessus.
Pour mieux comprendre l'apnée statique en compétition, voici en  5 étapes à quoi cela ressemble :
  1. Je fais une annonce sur le temps que je compte faire. Cela détermine les temps de passage certain annonce 1 seconde pour passer en premier)
  2. J'ai 30' pour me préparer avant la dernière inspiration.
  3. je prends ma dernière inspiration avant la fin des 30' et c'est parti.
  4. L'apnéiste de sécurité me check 1' avant mon temps annoncé, 30" avant mon temps annoncé, à mon temps annoncé puis toutes les 15" après mon temps annoncé jusqu'à ma sortie (il me serre la main, je dois répondre en lui serrant la main pour montrer que "je suis encore là". Si je ne réponds pas, il me re-check immédiatement. Si je ne réponds pas, il me sort de l'eau et je suis disqualifié).
  5. Protocole de sortie : j'ai 15" pour respirer, enlever lunettes et pince nez, faire le signe OK et dire "Ok tout va bien" ou "tout va bien". Puis je reste sans bouger, en respirant et en regardant le juge dans les yeux pendant 30-45"  jusqu'à ce qu'il valide la perf. 

Le contexte physique :

Je ne me sens pas fatigué mais j'ai encore des courbatures partout de ma séance de cross-fit de mardi. Ce n'est pas vraiment une gène en statique en tous cas pas de problème pour moi au niveau des sensations.

Je fais le même type de séance que la semaine dernière :

Échauffement :

  • -30" PV (Poumons Vides) / 30" recup
  • -45" PV /45" recup
  • -1' PV / 1' recup
  • -4 x (55" en expirant / je sors de l'eau je prends une inspiration)
Corps de séance :

  • 1' +30" expi / r =1'
  • 1'30" +30" expi / r =1'30"'
  • 2' +30" expi / r =2'
  • 2'30"' +30" expi / r =2'30"
  • 3' +30" expi / r =3'
  • 3'30"' +30" expi / r =3'30" (Je carpe trop...désagréable)
  • 4'30"  assez dur (ce que je dis à Jérôme)
et là, Jérôme me dit : prépare toi je vais te coacher comme pour une compétition (j'annonce 4'30")
Allonge toi sur le dos, départ dans 2'. Jérôme me pique ma montre mais il me check comme en compétition avec une annonce 4'30".
Je me détends, je carpe moins (12 fois) je me retourne et ...merde je n'ai pas mis mes lunettes. Je ressors, mets mes lunettes, prends une minute, inspiration complète, 12-13 carpes, je me retourne et c'est (re)parti.
Déjà je me sens moins serré, engoncé et c'est mieux pour "s'endormir". je commence mon voyage. j'essaie d'appliquer quelques techniques de visualisation pour "tricher le temps". Ce n'est pas facile, mon esprit vagabonde trop. Je fais en petit tour du corps, du cou et j'essaie de me laisser porter un maximum par ma combinaison.
J'entends Jérôme qui demande : "il a annoncé 4'30" ou 3'30" ??? J'en déduis que j'en suis environ à 2'30". Jusqu'ici tout va bien. Je recherche encore la décontraction, bout des doigts, bout des orteils, la langue, la mâchoire,  les yeux.
Lorsque je me demande quand le premier check va arriver (3'30")...il arrive...avec bien sur l'envie de respirer qui vient.
J'essaie encore plus de me laisser porter par ma combinaison et bizarrement j'arrive à trouver une position (sans bouger) où je me sens un poil plus relâché (plus mental que physique).
Check (4'00")
L'inconfort monte mais ce n'est encore qu'une gène. Mais les pensées s'égarent vers la sortie. Cet inconfort montant provoque des pensées parasites.
J'ai un mini spasme (tiens finalement j'en ai)
Check (4'30")
Je sais que je suis à mon annonce et çà déclenche mon envie de préparer ma sortie car c'est assez dur. Je me prépare à sortir.
check (4'45")
Jérôme : "non non tu ne sors pas, tu te remets encore dedans, relâche toi, ferme les yeux."
Ok, coach..OK !!
check (5'00")
C'est dur mais finalement pas beaucoup plus qu'il y a trois checks. Jérôme me parle : "relâche toi, reste dans ta bulle". J'en suis déjà sorti mais je m'efforce de me re-concentrer. pas facile
check (5'15")
j'ouvre les yeux et çà tremble mais c'est l'eau au fond de mes lunettes. Petit bilan vite fait sur le relâchement et sur mon état de conscience. çà à "l'air" d'aller.
check (5'30")
Je rentre dans l'inconnu (Personal Best à 5'20") et là je sens qu'il faut que je sorte, je bouge les mains vers le mur. Je sens quand même que les idées se bousculent un peu, mélange d'envie de respirer, de gêne qui devient dur, de stress de l'inconnu et de PB qui arrive. Je sais quand même où j'en suis au niveau chrono (je compte les checks).
Jérôme me demande de visualiser ma sortie. très important pour gagner quelques secondes
check sur la main sur le rebord  (5'45") (note pour moi même, je ne sens pas bien les checks quand ma main est sur le rebord. Peut être un peu trop de truc à gérer à ce moment précis.
je ramène mon corps vers le mur, je me cale, je commence à souffler.
check (6'00")
je souffle dans l'eau...je sors....protocole propre : 6'05"

Bilan : Je suis très content - PB explosé de 45", toujours quasiment pas de spasme. Certainement un déblocage mental. Satané mental qui te bloque la performance. Ces limites virtuelles (temps d'annonce, temps qu'on s'est donné, PB, peur de l'inconnu..) sont de redoutables freins à la performance.
Attention, je pense aussi que la peur de l'inconnu est un garde fou mais le fait d'avoir été bien coaché (merci Jérôme) m'a permis d'aller voir plus loin, de sans doute débloquer quelque chose et de prendre des repères de sensations fondamentaux.
Bien sur je sais qu'il faudra confirmer, déjà à l'entrainement puis en compétition mais ce premier 6', on ne pourra pas me le reprendre :-)
 
•Plus d'articles...•
<< •Début• < •Précédent• 1 2 •Suivant• > •Fin• >>

•Page 1 sur 2•
Valid XHTML & CSS | Template Design ah-68 | Copyright © 2009 by Firma